Avertir le modérateur

24/02/2010

érat généraux de l'enfance: "Quand la suspicion des familles devient la norme"

 

Quand la suspicion des familles devient la norme

 

http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article3242

 

Nous, parents d’enfants placés,

nous n’avons pas droit au contradictoire,.

Alors que l’ASE via ANAS demande la présomption de compétence?

 

 

5 mars 2009:

 

Délaissement:

 

Millau: Dylan : le suivi social au cœur de la polémique Les services sociaux savaient depuis deux ans que le petit garçon n’était pas scolarisé. Puis 8 mois entre signalement et protection.

http://www.ladepeche.fr/article/2009/03/07/569802-Millau-Dylan-le-suivi-social-au-c-ur-de-la-polemique.html

Pour Me Mouysset : chargé de la défense du Voisin mis en examen et de la Grand-mère: Silence lourd sur les services sociaux de l’état en cette affaire !!!!!

« L’ANASS rend justice avant même que l’instruction soit achevée, chez eux le doute n’existe pas »

http://avocatmillau.com/actu.aspx

Désengagement:

ANAS Communiqué du 7 Mars 2009.

L’ANAS demande que les professionnels du médico-social de Millau, comme tous leurs collègues en France, aient droit à une présomption de compétence!

http://www.wmaker.net/anas/Affaire-du-petit-Dylan-L-ANAS-demande-que-les-professionnels-du-medico-social-de-Millau,-comme-tous-leurs-collegues-en_a578.html

Délaissement de nous "parents" d’enfant placé,

Avons-nous:

- La présomption d’innocence!

- La présomption de bienveillance!

- La présomption de normalité!

Lire le texte de Jérôme Barbereau: en préambule, 3° paragraphe, il dit clairement, face à lui, le parent, aucun doute, il y a:

- malveillance!

- voire maltraitance!

http://www.reforme-enfance.fr/images/documents/temoignagesJBmars09.pdf

Et dans l’affaire Outreau! 1- il n’y a jamais eu:

- 1 communiqué de presse d’aucune association! Ces « dits » professionnels se sont-ils excusés?

- 2- y a t-il eu sanction? des professionnels de l’enfance ? de l’A.S.E?

La compétence, c’est aussi reconnaître ses erreurs, les analysées, les exposées à l’ensemble de la profession et aux citoyens. Pour que cela ne se reproduise plus ! Sinon, nous avons affaire à des « despotes éclairés » d’un état totalitaire.

Le juge Burgaud, c’est l’arbre qui protège cette institution et les exactions de leurs fonctionnaires.

Tant que l’on parlera du juge Burgaud sur toutes les coutures et à toutes les sauces, cet institution: A.S.E et ses fonctionnaires refuseront de s’interroger sur eux et le fondement de leur fonction qui est « l’intérêt supérieur de l’enfant » selon le définition la CIDE qui prévaut sur le droit français.

Et nous continuerons à voir des « Outreau Solo ».

Des familles seules face à 2 monstres.

Aujourd’hui, cette profession n’a aucun recul sur « elle-même »

Elle est pareille à ces "fils de.....», surgonflé « d’estime de soi » puisqu’ils ont:

- Une « maman » institutionnelle: la justice, qui suit, à 100%, leur approche de la situation.

- Un « papa » institutionnel: le président du conseil général, qui couvrira leurs déviances, voire exactions, pour sauvegarder l’image de cette institution.

Avec cette double protection, ces dits « professionnel de l’enfance » survitaminés « d’estime de soi » ne sont jamais dans la protection, mais dans la subordination.

Facile:

En face de lui, il y a un parent qui a « une estime de soi » dans les choux!

Et ils ont nos enfants en otage pour nous faire plier!

Que des lâches!

Mais alors pourquoi ces chiffres, suite au rapport de l’INSEE de 2006.

Ils ne furent jamais contestés!

50% des enfants placés ne devraient pas l’être ! 77.000 en 2006.

Si on ne considère que les 25% placés suite à une mauvaise estimation initiale:

Le taux d’erreur est 1 sur 4! ENORME!

http://parents-disqualifies-enfants-places.over-blog.com/article-avec-la-benediction-du-president-du-conseil-general-de-nos-departements—43034884.html

Délaissement:

Énorme surtout en temps de souffrance de ces enfants

 

dont l’enfance a été pourrie par ces violeurs de vie d’enfant de moins de 15 ans,

ces assassins de "l'intérêt supérieur" d'un enfant mineur de moins de 15 ans.

 

Cette souffrance de l’abandon s’ancre en eux comme un tatouage indélébile.

 

Toujours selon cette enquête de l’INSEE de 2006,

40% des jeunes SDF de 18 à 24 ans sortaient du dispositif de la protection de l’enfance.

 

Rapport de la Cour des comptes

Ce 1° octobre 2009, Monsieur Philippe Seguin, premier président de la cour des comptes a présenté à la presse son rapport concernant la protection de l’enfance où il pointe la mauvaise application de la loi du 5 mars 2007.

 

1° constat : cela a été leurs difficultés pour recueillir des informations dans cette institution.

Et il termine en mettant « l’enfant placé » au centre de la résultante de l’action de l’ASE pour qu’il ne subisse pas une double peine institutionnelle.

http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/Communiques/Communique-presse-protection-enfance.pdf

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu