Avertir le modérateur

01/07/2009

cuers: comment se debarasser l'une mére et son enfant




À
Outreau comme pour moi, les créateurs de ces fausses accusations
sont en retrait.




mais
que sont de fausses accusations, des actions malveillantes, si il n'y
avait pas des "excécutant" pour les entériner.




les
rapports entre Mi reille Pérolini et Mâitre Beluffi sont du même
ordre:




-
qu'une Myriam Badaoyui avec le juge Burgaud, l'ASE




-
qu'un Serge Daninos avec le Dr Abeille( expert au niveau des
tribunaux), le personnel




-
qu'un "Ugolin " avec le "Papé", les ediles et
les gendarmes du village.




-
qu'un "MADOFF" avec ses société de placements.




le
Deuxiéme est subjuge par le premier et accrédite tout ce qui dit et
l'aide à dépasser "les possibles"





puis
"toujours plus" loin dans les possibles, du pire pour
entériner du pire.




Face
à ces «charismatiques », que sont les « générateurs de
violences invisibles, indicibles, inaudibles » :










-
la
présomption d’innocence n’existe pas
.
Dénoncez, vous vous retrouvez isolée, diabolisée : je suis une
mauvaise infirmière, j’ai un mauvais relationnel ! Fred transporte
une personne âgée en la tirant sous les aisselles, talons glissant
au sol ! Un sac de gravats. Tous voient ! Tous se taisent !




Coupable
d’être seule contre tous.











-
la
présomption d’humanité, de normalité n’existe pas.
Dénoncez,
vous êtes anormale.




Coupable
d’être le trublion
!
Vous êtes mis au ban : vous partez.










Quel
est leur degré de conscience, d’humanité ou de normalité
des
bons professionnels qui restent! Qui ordonnent !




L’avantage
avec les personnes âgées c’est que la déraison est
physiologique. Aucune opposition. Aucune contestation lors des
placements en clinique pour 1mois.




Un
« citoyen »qui dénonce : « Il voit le mal partout ! C’est un
malade ! Il est complètement paranoïaque ! Il faut la mettre en HO.
Hospitalisation d’office ! »




Mais,
quel est le degré de conscience, d’humanité ou de normalité de
ceux qui voient, se taisent et entérine avec ordonnance ou jugement
!









  • Accusé
    Myriam Badaoui du fiasco n'est pas au premier plan, c'est le juge
    Burgaud et son dossier chaud/brûlant monté par l'ASE qui endosse
    cette place à sa place.





*
Lui,
il se peut qu'il ait ignoré que ce fut des fausses accusations.

Entre protéger un enfant ou l'image d'une institution: l a justice
couvrira les dérives de l'A.S.E et par extension du conseil
général(loi du 22 juillet1983).(cf: les disparus de l'Yonne)




·
Mireille Pèrolini, je ne l'ai jamais connu autrement que me
discréditant d'abord auprès de notre « productrice », de V
Beluffi. Elle s'infiltre partout avec des aires de « bon sentiments
», elle va vers ceux qui m'approche pour laisser supposé que c'est
moi qui suis fautive. Dans mes accusations, je ne parle que de la
mauvaise estimation des autres: jamais d'elle.




*
V
Beluffi savait la maladie du père de mon fils

: il me révéla des situations singulières dés1996. Impossible
avec ses entrées et influences au parquet qu'un juge ne le susse
pas. Surtout la juge Lorenzini, en 2005, dans cette instruction, il y
avait sa femme avocate, Maître conte.




Placer
un enfant de 10ans chez un addict pérenne de 63 ans, en attente
d'une greffe de foie sans aucune mesure de surveillance, c'est plus
une volonté de m'évincer comme mère que de se préoccuper de «
L’intérêt supérieur de l'enfant doit être une considération
primordiale »




Nathalie
Gettliff discréditée par son ex-mari! Case prison parce que son ex
beau-père est « attorney général »procureur de la république.




Le
but des fausses accusations étant de manipuler des tiers qui
détiennent une autorité, afin de faire discréditer, de priver
d'une jouissance, quelqu'un que l'on veut neutraliser, voire nuire en
le vidant de ce qui le qualifie comme enfant, citoyenne,
propriétaire, mère, infirmière, locataire..................(c'est
Ugolin discréditant le « bossu » « le fada », l'acculant à la
ruine......)




Et
le pire du pire, c’est que la justice sanctionne votre enfant en le
privant de sa mère,
pour
vous punir vous
.
Les acquittés d'Outreau n'ont toujours pas rétabli le lien avec
leurs enfants. Et un enfant, cela n’a pas le recul pour relativiser
sa situation. Le ressentiment d'abandon, c'est un tatouage
indélébile.




Je
ne suis pas une meurtrière, c'est un geste d'amour pour mon fils. Je
n’ai que 1% de l’autorité parentale à perdre.




Le
juge Sabatier me l'a bien dit clairement:
«
N'ayez aucun espoir de recours par même à la cour européenne! »







Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu